Newsletter

Chapitre 1 – Mon acceptation en thèse de doctorat – Ocean Fact

Accueil » Chapitre 1 – Mon acceptation en thèse de doctorat – Ocean Fact

Chapitre 1 – Mon acceptation en thèse de doctorat – Ocean Fact

This entry is part 1 of 11 in the series Nouveau départ

Chapitre 1. 24 Juin 2016 – Fête de la Saint Jean

Le jour où j’ai commencé ma thèse de doctorat.
Aujourd’hui est un jour férié et il est plus que temps pour moi de relater les évènements de ces derniers mois. Le 25 février dernier, je décollais pour la Finlande pour suivre ma nouvelle vie. Un peu perdu, je poursuivais mes rêves de devenir chercheur en océanographie et biologie marine dans ce nouveau pays qui m’accueillait. Ce départ dans les starting-block n’a pas été des plus aisés, surtout quand vous devez faire face à un nouveau système administratif.

I – Les péripéties de mon acceptation dans ce pays

Interruption inopinée de mon service civique mais le projet continue, forever in orange. Après avoir été accepté en thèse à l’Université d’Åbo (ou Turku en finnois), je pensais qu’il serait des plus faciles d’obtenir mon permis de séjour et d’enfin vivre dans ce pays. Que nenni. Contrairement au système français où l’administration peut vous mettre les bâtons dans les roues à chaque étape, le système administratif finlandais est linéaire. Pour obtenir votre permis de séjour et votre numéro d’identification finlandais (vous êtes fiché), il vous faudra passer au travers de plusieurs étapes liées les unes aux autres. Le numéro d’identification est associé à autant de services administratifs que vous pourriez l’imaginer : sécurité sociale, impôts, banque, université, internet… Il est donc essentiel. Le seul moyen d’accéder à l’étape suivante est de valider la précédente. Cela semble simple et fluide sur le papier mais c’est sans compter que vous pouvez être bloqué à la première étape : l’enregistrement aux services de police. Premier constat : Plusieurs semaines (et je ne parle même pas de mois) avant notre arrivée (ma collègue doctorante et moi-même), le service d’enregistrement a migré dans la ville voisine : Raisio. C’est une chasse à l’homme qui débutait entre nous et les services de police pour obtenir une lettre signalant notre acceptation dans le pays. Après un aller-retour infructueux aux service de police de Turku, le bus nous mena aux service de police de Raisio. Première réponse : « Revenez avec un rendez-vous que vous pourrez demander en ligne, nous sommes débordés par la crise des migrants ». Déterminés, ma collègue doctorante et moi-même décidons de réserver un rendez-vous. Pas de place avant un mois et demi, ce qui signifiait pour nous : aucune sécurité social, ouverture d’un compte bancaire impossible, plein pot sur les impôts sur les revenus… Notre seul espoir, un petit village sur la côte Nord-Ouest de la Finlande : Pori.

Turku, Åbo, sous la neige.

Turku couvert de son manteau neigeux. Credits : Pierre Olivier, Ocean Fact.

Dans l’attente de ce voyage, le service des impôts a la gentillesse de nous attribuer un numéro provisoire. Les semaines passent et après une journée de voyage, cinq minutes d’entretien et 50 € déboursés (chacun), notre demande d’asile éducatif est enfin prête à être étudiée. Nouvelle attente, nouvelles péripéties. Les services administratifs se rendent compte de leur erreur. Mon numéro d’identification qui se révèle être composé de votre année de naissance est incorrect. Nouvelle bataille pour obtenir le numéro correct et le faire changer à tous les niveaux de la pyramide administrative. Deuxième constat : La sécurité sociale n’a jamais reçu l’avis de changement (après que les services de recensement et moi-même, en personne, leur ai signalé le changement). Je reçois une première carte de sécu associée à mon numéro d’ID provisoire et donc erroné. Demande d’une nouvelle carte, trois semaines d’attente. Entre temps, je me trouve un petit appart où poser mes valises pour les prochaines années. La neige a disparu et le soleil commence à réchauffer l’air, on avoisine les 15°C. Fin mars approche et il fait bon. (Sans plus de détail et pour le comique de situation, j’ai récemment découvert que j’avais un troisième numéro d’identification utilisé par l’Université).

Visite de Pori. Credits : Pierre Olivier, Ocean Fact.

Histoire de vous faire découvrir un peu plus la Scandinavie, je vous laisse avec un morceau de musique d’un groupe du coin.

Younghearted – Tässä Ja Nyt

L’auteur de l’article.

Pierre
Pierre Doctorant - CEO Ocean Fact
Mes autres articles
Series NavigationChapitre 2 – Le doctorat, il vous grandit à chaque instant – Ocean Fact >>

About the Author:

Thésard en biologie/écologie marine avec un intérêt certain pour les réseaux trophiques.

Leave A Comment

%d blogueurs aiment cette page :