Newsletter

Chapitre 2 – Le doctorat, il vous grandit à chaque instant – Ocean Fact

Accueil » Chapitre 2 – Le doctorat, il vous grandit à chaque instant – Ocean Fact

Chapitre 2 – Le doctorat, il vous grandit à chaque instant – Ocean Fact

This entry is part 2 of 11 in the series Nouveau départ

Chapitre 2. 2 Juillet 2016 – Le doctorat

Pour ce deuxième blog, j’ai envie de vous expliquer un peu le fonctionnement du doctorat.

La première étape de la vie de doctorant

L’acceptation en doctorat auprès d’un directeur de thèse et la validation du financement de recherche n’est pas toujours synonyme d’obtention de sa place en thèse. Deux étapes majeures au début de la thèse sont (i) la rédaction du plan de carrière, (ii) la rédaction du plan de recherche. Ces deux documents essentiels peuvent être, l’un comme l’autre, rejetés par l’Université ce qui signifierait votre retour au pays (ou pire, au foyer parental). Le premier document brosse un portrait de votre future carrière et dépeint votre parcours, vos objectifs et comment les atteindre. Le second, lui, dresse le fil conducteur de vos années de doctorat et décrit les projets que vous comptez mettre en place et autres outils nécessaires à l’accomplissement de la mission qui vous a été confiée, à savoir : répondre à un questionnement scientifique. Si vous êtes borné, vous avez choisi un sujet qui vous correspond totalement, vous avez passé les cinq dernières années universitaires (au moins) à dévorer la littérature sur ce sujet, vous êtes déjà un expert, vous avez donc une vague idée de la tactique à adopter. Dans le cas contraire, vous êtes curieux et vous avez choisi un sujet qui vous correspond mais vous mène en dehors de votre zone de confort. Vous comprenez votre sujet mais il reste une pile de question ouverte, un jargon à acquérir peut-être… Ma catégorie.

Åbo Akademi.

Credits: © Samuli Lintula / CC BY-SA 3.0

Dans les deux cas, la situation est assez ironique. Vous avez un mois et quelques semaines, tout au plus, pour formaliser votre futur parcours dans la recherche. La tâche est assez ardue. Peut-être avez-vous passé la plus grande partie de votre jeunesse innocente à batifoler dans les prés, à prendre une grande inspiration et à explorer les deux mètres d’eau qui bordent les plages de votre enfance, en somme à observer la nature qui vous entoure, à faire de la science quoi ? C’est le moment, petit gars ! Page blanche. Le crayon trace des lignes sur le papier mais les mots sont inintelligibles. « À quoi ma carrière va-t-elle ressembler ? Qu’est-ce que je veux faire ? De la science. Non, c’est un peu vague ». Autant de questions que vous avez si soigneusement cachées ces dernières années et auxquelles vous devez répondre en un instant. Mis-à-part les imprévus, il m’a fallu un bon mois pour avoir une vague idée de vers où je voulais aller. Je sais que ce n’est pas un chemin définitif et qu’au fil des rencontres, des lectures, ce chemin va s’élargir, s’enrichir et tant mieux. C’est sûrement le meilleur côté de la recherche : rien n’est figé. Le 19 avril 2016, soit un peu plus d’un mois après mon arrivée, je recevais enfin la lettre me signalant mon acceptation à Åbo Akademi.

Cathédrale de Turku - Turku dominican church

La cathédrale de Turku. Credits : Pierre Olivier, Ocean Fact.

Maintenant, la traditionnelle musique du coin.

Veronica Maggio – Måndagsbarn

L’auteur de l’article.

Pierre
Pierre Doctorant - CEO Ocean Fact
Mes autres articles
Series Navigation<< Chapitre 1 – Mon acceptation en thèse de doctorat – Ocean FactChapitre 3 – MARmaED: la force des programmes de doctorat – Ocean Fact >>

About the Author:

Thésard en biologie/écologie marine avec un intérêt certain pour les réseaux trophiques.

Leave A Comment

%d blogueurs aiment cette page :