Aujourd’hui, nous accueillons Jérôme Pinti—Doctorant au  Center for Ocean Life (DTU Aqua – Danemark)—dont les résultats de recherche de thèse ont montré l’importance des traits topologiques (qui influencent l’apparition d’interactions entre proies et prédateurs) face aux comportements migratoires journaliers des proies, les copépodes (de petits crustacés).

Les interactions trophiques influencent les migrations verticales journalières.

Les Migrations Verticales Journalières désignent le mouvement journalier des organismes marins des profondeurs des océans jusqu’à la surface. C’est un phénomène que l’on retrouve dans tous les océans, et on estime que cette migration est la plus grosse migration de la planète en termes de biomasse. Ces migrations sont principalement un mécanisme de défense contre les prédateurs : les organismes migrent dans les profondeurs pendant la journée pour échapper les eaux lumineuses (et donc dangereuses !) de la surface, mais retournent à la surface pendant la nuit pour se nourrir dans ces eaux qui sont riches en phytoplancton et nutriments.

Copepod de Uwe Kils. Creative Commons Attribute-Share Alike 3.0 Unported.

Pourtant, les migrations verticales journalières sont généralement modélisées en prenant en compte l’intensité lumineuse du milieu, mais pas les interactions proie-prédateur. Dans leur travail, les chercheurs ont appliqué des notions économiques (théorie des jeux) pour calculer les migrations verticales optimales pour tous les organismes d’une chaîne alimentaire planctonique. Ils ont montré que les interactions trophiques dans cette chaîne alimentaire expliquent les surprenantes migrations verticales journalières qui peuvent être observées pour des copépodes de différentes tailles. Par exemple, ils ont montré que prendre en compte ces interactions trophiques permet de modéliser les migrations verticales inversées (à la surface pendant le jour, et dans les profondeurs la nuit – voir figure). C’est la première fois qu’un modèle mécanistique reproduit de manière convaincante ces migrations verticales journalières inversées.

Jérôme Pinti - Diel Vertical Migration - Reverse migration - Ocean Fact

Fig. 1 – Position du zooplancton dans la colonne d’eau de jour (rouge) et de nuit (bleu). Pour créer cette figure, le modèle a été paramétré pour une colonne d’eau de 185m localisée dans un fjord américain (Dabob Bay, Washington) où des migrations verticales inversées sont régulièrement observées.

Copyrights © Jérôme Pinti

Cet article de blog a initialement été publié sur le site du Center for Ocean Life – DTU Aqua.
Vous pouvez retrouver l’étude associée sur le site du journal Proceedings of the Royal Society B.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/oik.04138/full

Référence bibliographique:

Pinti Jérôme, Kiørboe Thomas, Thygesen Uffe H. and Visser André W. (2019) Trophic interactions drive the emergence of diel vertical migration patterns: a game-theoretic model of copepod communities Proc. R. Soc. B 286

Auteur du blog.

Invité

Jérôme Pinti
Jérôme PintiDoctorant - Invité
Pour en savoir plus.

Rapporteur auprès d’Ocean Fact.

Pierre
PierreDoctorant - CEO Ocean Fact
Pour en savoir plus.